Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Pas à pas vers Santiago de Compostela
  • Pas à pas vers Santiago de Compostela
  • : étape par étape nous nous rapprochons de Saint Jacques de Compostelle, à la découverte des paysages, des monuments, des pélerins et de la population.
  • Contact

Recherche

21 novembre 2009 6 21 /11 /novembre /2009 09:46
Tous les chemins mènent à (Rome)  Compostelle ... Même les itinéraires bis ! C'est ce que Patrick Huchet révèle au cours d'une série de conférences-dédicaces animées par l'A.C.I.R. Depuis 1996, il sillonne les voies pèlerines de France et d'Espagne, dans les pas des premiers Pèlerins. Cette pérégrination a donné naissance à quelques ouvrages issus de son expérience des chemins et de ses recherches historiques.
Dans son dernier ouvrage, "Les nouveaux chemins ... vers Compostelle", un chapitre est consacré au chemin du Piémont Pyrénéen, magnifiquement illustré par les photos de Yvon Boëlle.


La conférence, organisée par le "Pays des Pyrénées Cathares" a été suivie par la projection d'un film du cinéaste Luis Bunuel : "la Voie Lactée" de 1968. Un film pour Mécréants, à voir et à revoir.




Avec : Paul Frankeur (Pierre), Laurent Terzieff (Jean), Alain Cuny (L'homme à la cape), Edith Scob (La Vierge Marie), Bernard Verley (Jésus), François Maistre (Le curé fou), Michel Piccoli (Le marquis de Sade), Delphine Seyrig (La prostituée). 1h45.
Cette méditation fantaisiste et surréaliste de Luis Bunuel est impossible à résumer rationnellement car, par essence, elle s'oppose à toute raison. Il s'agit du voyage de deux clochards goguenards qui, sur la route de Saint-Jacques de Compostelle (le célèbre pèlerinage était comparé au Moyen Age à la Voie Lactée qui traverse le ciel) font toutes sortes de rencontres insolites dont la succession échappe au temps et à l'espace. Les deux hommes passeront indifféremment d'un lieu à l'autre, d'un siècle à l'autre. Un homme vêtu de noir les aborde sur la route et leur parle comme Dieu parla à Osée dans la Bible. Dans une auberge, un curé discute avec un gendarme de l'Eucharistie. A la fin de cette épineuse discussion, deux ambulanciers emmènent le prêtre, qui n'est autre qu'un échappé de l'asile psychiatrique. Dans un restaurant « quatre étoiles », un maître d'hôtel féru de théologie réfute devant les serveurs les hérésies sur la double nature du Christ. A un moment, l'un des deux clochards pense au Christ et aussitôt nous voyons la Sainte-Famille comme la représentent les gravures saint-sulpiciennes. L'équipée picaresque des deux hommes les amène aussi à assister à une parodie de spectacle de fin d'année donné par les petites élèves d'un collège religieux. Chemin faisant, ils passent à côté de toutes les hérésies qui s'animent et revivent sous leurs yeux ; celle de Priscillien, jouée en latin, celle des manichéens, condamnés par un concile du VIe siècle. Transportés ensuite au XVIe siècle, les deux clochards assistent à un duel  thélogique ( à l'épée) entre un janséniste et un jésuite. Ils arrivent enfin à Saint-Jacques de Compostelle pour y trouver la prostituée dont leur parla, au tout début de leur périple, le prophète Osée. Et ils voient le Christ accomplir un miracle qui n'en est peut-être pas un.

Les deux vagabonds sont les révélateurs à peine étonnée de cette "promenade dans le fanatisme où chacun s'accroche avec force et intransigeance à sa parcelle de vérité" explique Bunuel. S'appuyant sur une solide documentation, Bunuel plus "athée grâce à Dieu" que jamais, s'attaque ici au dogme même et "pose directement ses questions à Dieu" comme le dit ironiquement Laurent Terzieff.

L'angélisme sulfureux, la bonhomie iconoclaste, les dialogues ciselés au vitriol, le détournement magique de l'iconographie sulpicienne donnent à ce voyage dans le temps une clarté limpide, un humour corrosif et salutaire.


Autres Sources : Wikiafilm - La cinémathèque française - Centre d'études hispaniques -




Bonne lecture et bonne séance de cinéma.


Repost 0
Published by Jean Claude - dans Informations diverses
commenter cet article
11 novembre 2009 3 11 /11 /novembre /2009 22:45
Depuis quelques jours, les Cyber-Pèlerins peuvent visiter toute les localités emblématiques du Camino Francès. En quelques clics de souris, ils peuvent se rendre de la frontière Franco-espagnole jusqu'au cap Finistère, en passant par Pampelune, Estella, Logroño, Burgos, Léon, ....Astorga, Ponferrada, ... Santiago de Compostela.
Tout cela grâce à une initiative de Google SteetView, en prévision de l'année sainte 2010 . Quel progrès ! il est maintenant possible de cheminer virtuellement, bien calé dans son fauteuil. Je connais quelques mécréants qui vont sauter sur l'occasion.
Pour filmer dans les rues étroites de quelques villes, StreetView à délaissé les voitures filmeuses pour des tricycles filmeurs.


Pour accéder au StreetView espagnol, il faut saisir correctement  cette adresse : http://maps.google.es/maps

Une fois la carte d'Espagne sur votre écran, il suffit de déplacer et de positionner le petit bonhomme orange (à gauche) sur la ville que vous désirez visiter. On s'aperçoit alors que la carte d'Espagne vire au bleu : ce sont toutes les routes, villes et villages que vous pouvez visiter virtuellement. La cathédrale de Burgos, l'Alhambra de Grenade, le musée Gugenheim de Bilbao et bien d'autres monuments peuvent ainsi être visités commodément grâce à l'Internet.
Si vous placez le petit bonhomme orange sur la ville d'Estella, en dessous de Pampelune, vous pourrez y voir une scène que connaissent bien les Pèlerins de Saint-Jacques :

Il n'est pas encore 13 heures et les Pèlerins arrivés trop tôt, à pied ou en vélo, sont obligés de patienter devant la porte close de l'auberge.
Ne faites pas comme eux, Cliquez sur les flèches que l'on distingue sur les pavés, vous pouvez ainsi visiter la ville et puis partir sur le Camino vers l'étape suivante.

Il y a aussi sur la Toile d'autres sites qui présentent de très belles vues panoramiques  :



En bas de chacune de ces deux dernières pages, vous trouverez une carte "mobile" au dessus de laquelle vous pouvez localiser une ville. Des symboles circulaires avec un S orange ou bleu indiquent alors que des vues panoramiques sont disponibles. Vous pouvez laisser tourner ces vues. Mais en cliquant dessus, vous pouvez les faire pivoter à votre guise, vers le haut, le bas, la gauche ou la droite. Vous pouvez agrandir ou diminuer la vue proposée. Quel travail !
Sinon il y a aussi pour pèleriner virtuellement les caméras web déjà citées dans deux articles précédents.  Vous pouvez assister en silence à la Messe du Pèlerin de 12 h au cours de laquelle le Botafumeiro est balancé au-dessus des têtes.

Vous pouvez aussi vous imprimer une Compostelle virtuelle.

Bons pèlerinage virtuel !



Repost 0
Published by Jean Claude - dans Informations diverses
commenter cet article
7 juin 2009 7 07 /06 /juin /2009 17:56
Une Association créée récemment à Sainte Colombe sur l'Hers, se lance avec originalité dans la lutte pour la défense des Abeilles. Il serait temps, car plus j'observe les fleurs de mon jardin, moins je vois d'abeilles les butinant.
En plein village siège encore cette année, un champ de maïs pas très catholique. Les Membres de cette Association avaient déjà repéré ce champ qui a causé la mort d'un mignon petit essaim récupéré en juin dernier.
"Sur le Pont Production" a pour objet la promotion de l'écologie et de la citoyenneté et s'exprime au travers de deux blogs.

Elle a édité une carte postale que vous pouvez lui commander à l'adresse suivante :
Sur le Pont Production
3 bis, route de Chalabre
11230 - Sainte Colombe sur l'Hers


¡ Elles ne sont pas mortes de froid !




Repost 0
Published by Jean Claude - dans Informations diverses
commenter cet article
1 juin 2009 1 01 /06 /juin /2009 22:07
Vous désirez faire une petite randonnée sympathique en Ariège, c'est bientôt !


Renseignements sur le site Internet de l'Association, en rubrique "Animations"


Repost 0
Published by Jean Claude - dans Informations diverses
commenter cet article
21 mai 2009 4 21 /05 /mai /2009 21:09
En cheminant sur le Camino, nombre de Pèlerins s'extasient devant les spectacles offerts par Dame Nature et traduisent leurs impressions au travers de photographies ou de croquis. C'est le cas de Martine la Pèlerine, d'Agnès, ... , de Loup72 (qui chemine actuellement), adeptes de l'aquarelle.

Mais hélas, toutes ces photos, ces croquis  risquent de devenir des archives que l'on compulsera en racontant à nos petits enfants, à la manière d'un conte de fée  : "Il y avait autrefois, ... des abeilles et des insectes pollinisateurs très utiles pour la sauvegarde des espèces végétales. Elles ont disparu à cause d'un système agricole en guerre avec le vivant".
Sauf si l'on réagit avec l'association de mobilisation citoyenne "Agir pour l'Environnement". (http://www.agirpourlenvironnement.org/ape/index.htm)

Les ruches risquent d'être orphelines à cause du "Cruiser", un pesticide hautement toxique, autorisé par le Ministère de l'Agriculture.

Si l'on ne soutient pas l'action de cette association.

Téléchargez le dossier de campagne pour la sauvegarde de l'abeille.

Téléchargez, imprimez et expédiez les cartes /pétitions.

Nous ne verrons plus alors ce spectacle


Et nous n'irons pas nous recueillir devant ce monument :



Les Pèlerins vers Santiago de Compostela, mais aussi les Randonneurs, les Enfants des écoles en classe verte pourront ainsi continuer à profiter des merveilles de Dame Nature.


Repost 0
Published by Jean Claude - dans Informations diverses
commenter cet article
6 mai 2009 3 06 /05 /mai /2009 20:38
Le journal filmique d’un pèlerin sur la route de Saint-Jacques-de-Compostelle.


Ampoules aux pieds, punaises et exploration spirituelle sont-elles compatibles ?

Un film de Bruno Moll, sorti en mai 2008.
Quelques extraits sur cette page :


« Il y a vingt ans, le Conseil de l'Europe lançait un appel pour faire revivre les légendaires chemins de Saint-Jacques. Cela fut un tel succès que l'on vit arriver des flux de pèlerins comme l'eau de la neige fondant au soleil. De nombreux chemins conduisent à Rome et beaucoup d'autres à Saint-Jacques de Compostelle, l'endroit où reposeraient les ossements de l'Apôtre Jacques. Les routes européennes,  (rien qu'en Suisse, il y en a une demi-douzaine), s'unissent dans les Pyrénées et convergent vers le Nord de l'Espagne.
Après l'université, comme rien de mieux ne lui venait à l'esprit, un Helvète, l'année dernière, prit ses jambes à son cou et se mit à marcher, tout simplement, de Degen (Grisons) vers le Nord de l'Espagne. Son objectif: la cathédrale de Saint-Jacques de Compostelle: 2300 kilomètres pour le Grison Roman Weishaupt.  Il  ne se rendit pas sur le célèbre chemin de Saint-Jacques pour des motifs religieux, mais par pure envie. Il commence la randonnée par le Valais et le Pays de Vaud en direction de l'ouest vers la France et les Pyrénées. Il trouva beaucoup de temps, en chemin, pour philosopher et méditer, vécut des moments de connaissance et d'expérience. Mais pourquoi une personne s'impose-t-elle cela? - ces ampoules aux pieds, la recherche quotidienne d'un hébergement, ce culte du tourisme avec des coquilles Saint-Jacques et des passeports de pèlerin?
Le film de Bruno Moll décrit, oscillant entre réflexion et réalité, une exploration personnelle et une "valeur ajoutée" en y faisant pénétrer discrètement les spectateurs. On fait l'expérience de frustration et de joie avec le protagoniste, on découvre des endroits inconnus, on devient témoin des insuffisances quotidiennes et d'autres rencontres hilarantes avec des punaises, des hôtes et des passants pèlerins; tout est photographié à fleur de peau par le randonneur Weishaupt et le cinéaste Bruno Moll qui a accompagné son protagoniste pendant 30 jours sur un total de 80. Les images du randonneur se succèdent, se transforment en un courant, qui invite à prendre son temps et à se recueillir, au rythme de la randonnée dans l'attrait d'une persévérance contemplative: des impressions bienfaisantes contre l'effervescence, la volubilité et la hâte.» (Rolf Breiner)


Idée cadeau :



Repost 0
Published by Jean Claude - dans Informations diverses
commenter cet article
14 mars 2009 6 14 /03 /mars /2009 22:16
Préfacé par Patrick Poivre d'Arbor, l'ouvrage de Denise Péricart-Méa et Louis Mollaret a pris la forme d'un dictionnaire de poche que l'on peut glisser dans son sac de Pèlerin. Léger, il complète le guide répertoriant les étapes et les lieux d'hébergements possibles.
On peut y trouver, en effet, quelques explications historiques qui ont été à peine survolées par les nombreux guides de référence.
Pèlerins, les Auteurs nous invitent à retrouver le Patrimoine historique et géographique, matériel et immatériel, du Chemin. Parfois, quelques conseils avisés et parfois humoristiques se glissent dans leurs pages.


Créateurs de la Fondation David Parou vous pouvez suivre les recherches effectuées sur le site de la Fondation : http://www.saint-jacques.info/

À lire avant, pendant et après ....





Repost 0
Published by Jean Claude - dans Informations diverses
commenter cet article
9 mars 2009 1 09 /03 /mars /2009 22:39
Abonné à la revue d'apiculture de l'UNAF  (Abeilles et Fleurs), je parcours avec attention les articles qui y sont publiés. On peut y lire ce mois-ci, que les gouttes de rosée du maïs sont empoisonnées par les insecticides systémiques.
Jusqu'à présent, on connaissait la dispersion, lors des semis, des néonicotinoïdes présents dans l'enrobage des semences et la pollution qu'ils entraînent  pour le nectar et le pollen du fait de leur action systémique.

Ruches mortes sur le Camino.


La récolte d'eau est une activité importante des abeille
s. L'eau leur permet de maintenir dans les alvéoles une température et un humidité parfaitement régulées. Vous pourrez les observer butiner ces gouttes de rosée qui perlent sur les plantes.
Un agronome de l'université de Padoue en Italie, vient de découvrir le "dégouttement", un
phénomène d'exposition jusqu'alors méconnu, qui vient en complément aux premières voies d'exposition des abeilles aux néonicotinoïdes utilisés dans le traitement des semences.
Les gouttes d'eau exsudées par le maïs (mais aussi par la plupart des plantes) sont recueillies non seulement par les abeilles mais aussi par de nombreux insectes, oiseaux et petits mammifères. Le Professeur Girolami a démontré que le "dégouttement"  obtenu à partir de semences de maïs traitées, une fois bu ou recueilli par les abeilles, les tuait dans les deux à dix minutes, entre vingt et quarante minutes si elles n'avaient fait qu'y étendre leur langue un instant.
Après analyse de ces gouttes d'eau produites par les plantules de maïs dégouttantes, la présence d'une dizaine de milligrammes par litre ... de néonicotoïdes a été décelée.
La persistance dans le sol de cette molécule permet la diffusion dans la nature du "dégouttement" par de nombreuses plantes et par les cultures succéssives. La modification des semoirs ou l'amélioration des techniques d'enrobage des semences ne résoudra donc pas la mise à la disposition des abeilles de "gouttes de sève empoisonnées.


Une vidéo montrant que la succion par les abeilles du dégouttement de plantes traitées les empoisonnent rapidement, alors que celle qui a été abreuvée du dégouttement de plantes saines continue à se mouvoir.

Le communiqué original : http://www.mieliditalia.it/n_rugiada.htm




Repost 0
Published by Jean Claude - dans Informations diverses
commenter cet article
8 mars 2009 7 08 /03 /mars /2009 19:28
Dans les quelques sites mis en lien sur ce blog, il en est un qui mérite le détour à chacune de ses publications, c'est celui de Dédé et Somboon. Dans le dernier article, on peut y découvrir les différents modes de transport utilisés dans ce pays. C'est surprenant !

On peut voir que les véhicules y roulent à la limite et sûrement au-delà du PMA (Poids Maximal Aurorisé) et de la CU (Charge Utile) autorisés.



Le moteur et l'embrayage doivent être costauds pour tirer tout ce monde.

Vous pouvez admirer les autres photos  (et même les articles qui précèdent) à cette adresse :

http://artsomdede.over-blog.com/



¡ Bonnes découvertes !


Sur le Camino, les moyens de transport sont parfois aussi étonnants.



Repost 0
Published by Jean Claude - dans Informations diverses
commenter cet article
25 février 2009 3 25 /02 /février /2009 09:08
Nous avons vécu, avec Jojo, une partie de notre jeunesse avec comme horizon les Côteaux de PechDavid, les cheminées de la Poudrerie Nationale et celles de l'ONIA qui crachaient des fumeroles orangées, vite dissipées dans l'air ambiant. De temps en temps, ce même air se chargeait, aidé par le vent, d'odeurs nauséabondes provenant du quartier de  "Bourrasol" (aujourd'hui résidentiel) où un équarisseur stockait toutes sortes de viandes et os avariés.

Après sa scolarité à l'école de Papus, Jojo est rentré à "Cayenne" (surnom du Lycée Galliéni) pour y étudier la Chimie et toutes les techniques de laboratoire. Études terminées, diplomes en poche, il est aussitôt embauché par l'O.N.I.A. où il mènera une vie syndicale intense au service des salariés ... jusqu'à la catastrophe du 21 septembre 2001.

Lundi 23 février 2009, a commencé le procès intenté contre la Grande Paroisse pour essayer de rétablir la vérité sur les causes de l'explosion du 21 septembre 2001. Si elle n'est pas déjà établie, les témoignages de ceux qui ont vécu cette catatrophe au plus près seront peut-être déterminants.


Vous pouvez suivre les péripéties de ce procès sur FR3 Toulouse.

L’explosion de l’usine, il y a 7 ans, avait fait 30 morts, 5.000 blessés, 25.000 logements ou entreprises plus ou moins détruits. Ce procès qui doit durer quatre mois doit être filmé pour la postérité comme l’ont souhaité les associations de victimes et le premier président de la Cour d’Appel.

Dans un de ses ouvrages  "Lafourguette Hier Aujourd'hui", Eugène Lougarre évoque le passé de cette usine et de notre quartier.


Repost 0
Published by Jean Claude - dans Informations diverses
commenter cet article