Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Pas à pas vers Santiago de Compostela
  • Pas à pas vers Santiago de Compostela
  • : étape par étape nous nous rapprochons de Saint Jacques de Compostelle, à la découverte des paysages, des monuments, des pélerins et de la population.
  • Contact

Recherche

8 janvier 2011 6 08 /01 /janvier /2011 09:58

Le bureau des Pèlerins de Santiago de Compostela a publié les chiffres de fréquentation de ses locaux correspondant au nombre de Compostelles distribuées en 2010. Les rotatives n'ont pas eu le temps de chômer si l'on compare les chiffres des années précédentes.

 

estadistica270818.jpg

En gras les Années Saintes.

 

Pour 2011, mais aussi pour les années précédentes, le nombre affiché ne donne pas une image exacte du nombre de Pèlerins qui se sont bousculés à la porte des auberges, comme Roger de Valence-sur-Baïse qui a parcouru la via de la Plata. Il en est qui fractionnent le voyage sur plusieurs années et qui n'arriveront à destination qu'après leur dernier tronçon, comme Paul Peppone, Maire communiste de Valence-sur-Baïse. Nous même, avec nos vélomoteurs n'avons sûrement pas été pris en considération après avoir parcouru 1200 kilomètres.

Sur le site jacobeo.net que je consulte de temps en temps, vous pourrez trouver cette vidéo qui évoque les difficultés qu'ont parfois les Pèlerins à trouver leur chemin au travers de chantiers de travaux publics qui détournent ou transforment complètement les sentiers devenus difficiles à traverser.

 

 


Heureusement, sur d'autres sites le Camino est présenté de façon plus idyllique, mettant en évidence tous les moyens de perambulation utilisés (pedibus jamborum, à cheval, en vélocyclette, ... en avion).

 

 

 

 

Après avoir pérégriné virtuellement, et en fouillant ce site, vous pourrez même obtenir votre "accréditation virtuelle". 

 

Bonnes balades.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

roger 10/01/2011 22:52



Heureusement, la crise économique vient bloquer les gros chantiers, comme en avril sur le camino sanabrès, où on passait par un chantier routier à l'abandon, faute de pognon sans aucun doute.
Sans celà il aurait fallu faire un détour, comme d'habitude !