Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Pas à pas vers Santiago de Compostela
  • Pas à pas vers Santiago de Compostela
  • : étape par étape nous nous rapprochons de Saint Jacques de Compostelle, à la découverte des paysages, des monuments, des pélerins et de la population.
  • Contact

Recherche

24 mai 2008 6 24 /05 /mai /2008 09:39
Comme il a été dit précédemment, cheminer vers Santiago de Compostella est l'occasion de faire des rencontres, aussi enrichissantes les unes que les autres, dans leurs diversités. Je ne vais pas revenir sur le cas exceptionnel d'Emilio, ( Revoir l'article précédent)  mais comme il a vraiment marqué notre parcours, par sa bonté, ses services, ses histoires et souvent par ses chansons : le revoilà :


 Vous remarquerez ses tatouages, dédiés au pèlerinage.
Un autre tatouage dorsal, qu'il ne montre qu'à ceux qui le méritent est dédié comme les semelles de ses cothurnes à son statut de Pied-Noir Orannais.

Gunther, un Allemand, parmi tant d'autres, a cheminé quelques temps avec nous depuis Estella. Dès qu'il trouvait un objet remarquable, comme ici à Los Arcos, il le fixait sur son bâton de marche.

Résultat provisoire.

Il avait un rythme assez lent et il nous rattrapait souvent à chacune de nos pauses, comme ici, entre Bellorado et Ages, avant Tosantos (Une étape mémorable). C'était pour moi l'occasion de parler l'Allemand.


D'autres Allemand(e)s avec qui nous nous retrouvions à l'étape nous passent momentannément devant. Les filles arrêteront à Léon pour retourner au boulot du côté de Hambourg. Le gaillard d'avant arrivera avant nous à Santiago. Nous le croiserons entre Arzua et le Monte de Gozo sur son chemin de retour.



Après Villafranca Montes de Oca, Gunther nous rejoint près d'une aire de repos qui finalise un rampaillou assez rude. La vue sur les montagnes enneigées est magnifique, mais le fond de l'air est frais. Les sommets enneigés vont nous accompagner jusqu'à la "Cruz de Hierro". Jojo lui offre une branche de bruyère en fleur qu'il s'empresse de fixer sur son bâton.


Le 20 mai, après  Bellorado, Medi le Belge aux problèmes existentialistes cheminera  avec nous jusqu'à Agès. Il poursuivra jusqu'à l'auberge suivante de San Bol.


Bon marcheur, nous le retrouverons le 13 mai, à Santiago, de retour de Fisterra. Peut-être le reverrons nous en Ariège où vit un de ses oncles, près de Moulis.


La jeune barcelonaise qui avait cheminé avec nous lors des 3 premières étapes. Elle parlait bien le français et nous avions beaucoup échangé. Aussi, son émotion est grande lorsqu'elle nous retrouve dans les rues de Santiago.


Elle y retrouve aussi tout une bande de Jeunes de diverses nationalités que nous avons connus sur le Camino.

A Sarria, un Coréen affiche son bronzage de mollets.

Portomarin, 4 Allemands qui nous suivaient depuis longtemps et que nous perdrons de vue à Arzua, près du but. Sur les marches de l'église, un Pèlerin mendiant. Nous l'avions déjà trouvé en train de mendier devant l'église de O Cebreiro.

Petite pause "café solo americano"  avec nos quatre Allemands.
Et un groupe d'Irlandais que nous avions perdu de vue depuis à Viana

¡ à suivre !
Pas en side-car ou en quad. Les vélos sur le Chemin, ça suffit !












Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Claude - dans Camino 2008
commenter cet article

commentaires